« Voici ce que je veux repasser en mon cœur, Ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme ; Elles se renouvellent chaque matin. Oh ! Que ta fidélité est grande ! L’Éternel est mon partage, dit mon âme ; C’est pourquoi je veux espérer en lui. »

Lamentations 3:21-24

Jérémie a prononcé ses paroles à un moment très difficile de sa vie, quand il était au fond du trou.
Il habitait à Jérusalem lorsqu’elle fut assiégée et conquise par l’armée de Nebucadnestar.
Il voyait quotidiennement ses compatriotes se faire assassiner, les enfants tombaient morts de faim dans les rues et les mères mangeaient leurs enfants (voir chapitre 2 des Lamentations).
A la vue de cet affreux spectacle, Jérémie vomissait de douleur tellement son âme était triste. (Lamentations 2:11) Il n’avait plus d’espérance (Lamentations 3:18). Et pourtant c’est à ce moment-là – au lieu de rester fixé sur les circonstances et le chaos qui l’environnait – qu’il a fixé ses yeux vers le Très-Haut qui peut tout et qui tient toutes choses entre ses mains.